Une blogueuse condamnée suite à une critique de restaurant.


Apparemment il ne fait pas bon critiquer les restaurants du Cap Ferret en France, ni même donner son avis de consommateur.
Certes cette dame utilise des propos pas très élogieux vis à vis du service et de la patronne, mais je pense que j’aurai utilisé sensiblement les même termes suite à accueil similaire, il m’est arrivé la même chose dans un restaurant de Menton , mais il y a très longtemps 🙂
Le problème, ce qui me gêne le plus, c’est que cette blogueuse à été condamnée par notre Belle Justice.
Est-ce à dire qu’en France nous ne pouvons plus nous exprimer Librement ?
pour vous faire votre propre opinion je vous invite à lire l’article de la Blogueuse, il se trouve dans le cache de Google accessible à partir du blog ci-dessous. Décidément notre beau pays m’interpellera toujours, oui cette dame à écrit « L’endroit à éviter au Cap-Ferret : « + le nom du restaurant à ne pas citer, un nom Italien et « Je vous engage à le noter dans votre liste noire si vous passez dans le coin ! »
mais combien de fois ais-je pu lire « Ce film est nul » ou encore « trop naze » à propos de Films, livres, CD, est-ce pour autant que les auteurs de ces propos ont été condamnés par la justice ? je ne pense pas.
Il est dit dans l’article que la blogueuse « doit avoir le bras long pour avoir déchainé un tel engouement médiatique » dixit la responsable de salle de ce restaurant. Personnellement je ne pense pas, car si elle avait eu le bras long, l’histoire se serait arrêté avant de prendre ces proportions, par contre que la patronne elle ai le bras long, ça , ça me paraitrai déjà plus juste, et que penser du juge ? un juge de Bordeaux, un restaurant du cap Ferret, ce n’est pas très éloigné ces deux villes, voyez comment il facile de semer le doute.
Nous avons affaire à une cliente mécontente du service non rendu pour lequel elle a payée, mais il ne faut surtout pas le dire
voila ce que je retiens de cette affaire. A quand la condamnation au quotidien de 60 millions de consommateurs. Le plus préoccupant aussi c’est de constater l’Américanisation de notre pays, on fait comme eux, des procès à tour de bras pour grappiller quelques milliers d’Euros, on vit une époque formidable quand même.
Amis consommateurs, sache que si tu est mal reçu quelque part, que le service pour lequel tu paye ne t’ai pas rendu, tu dois Fermer ta G…. sinon tu risques une amende salée ou pire la prison.
Nous vivons dans un beau pays, ou notre justice est équitable, le pays de la liberté d’expression et des droits de l’homme.
Vive la France, vive nos dirigeants politiques au-dessus de tout soupçon, vive l’impartialité de la justice.
et adieu aussi, car je risque gros là, je viens de donner mon avis et de critiquer……..

Publicités

10 réflexions sur “Une blogueuse condamnée suite à une critique de restaurant.

  1. J’ai lu l’article en cache et si je vais du côté du « petit jardin  » à l’Italienne je ferai un détours pour l’éviter 😉 .

    Je les connais les « gratieuses » comme la patronne du dit estaminet (et pas qu’à Menton 😉 ).
    Il faudrait à cette « brave » dame le secours d’un « brave » garçon qui lui mette l’humeur joyeuse…. je vais me faire tuer par les féministes, mais bon … 😉
    Dans l’article un seul mot est un tantinet injurieux : c’est celui qui pourrait, DE LOIN, avoir un raport avec un instrument à cordes pincées, celui qui normalement est attribué aux anges ….. 😉

    Sinon, effectivement, il faut faire condamner tous les guides et les avis négatifs des consommateurs donnés sur les sites des hôtels etc… Mais la dérive, qui ne va pas tarder à mon sens, c’est que des plaintes arrivent pour des avis favorables … Comment ça des avis favorables? :8 Ben si! « J’ai un resto qui marche pas bien à cause de lui d’à côté qui reçoit que des compliments, allez j’attaque! … le monde est fouuuuuuu sauve qui peut 😛
    Catherine

    Aimé par 2 people

    • « Il faudrait à cette “brave” dame le secours d’un “brave” garçon qui lui mette l’humeur joyeuse »
      ça c’est de la formule !!! je n’aurais pas dis ça comme ça mais….
      je trouve ta license très poétique. 🙂
      Pour le coup on va être deux a se faire incendier par les féministes (qui elles aussi parfois aurais bien besoin d’un gentil garçon…..) oupssss j’ai rien dis…
      Sinon pour ce qui est de la critique, certes on n’est pas obligé de descendre les gens, mais on à aussi le droit de dire « je n’aime pas  » « j’ai été très al reçu »,
      enfin on AVAIT le droit….
      oui ce pays part vraiment vers une dérive totalitariste, et ce n’est pas l’éspèce de mec qui est au gouvernail actuellement, ni lui ni un autre d’ailleurs, qui pourra ramenner le cap, à moins de se sortir les doigts du trou du cul, mais alors vraiment, en disant « maintennant ça suffit !!! » à tout ce qui pollue la bonne marche du pays, et de prendre de vrais mesures. On peut toujours rêver… en attendant il y en a une qui attends patiement, et qui risque bien d’accéder à la fonction suprême, étant donner que les autres sont tous des menteurs, et comme on a pas encore essayer avec elle……
      y en a qui aurais du soucis à se faire si cela devait arriver…

      je crois bien que c’est foutu…

      Aimé par 2 people

      • « je trouve ta license très poétique » merci 🙂 c’était pour ne pas être licencieuse 😉 😀 😀
        Ce n’est pas DU TOUT comme ça que je m’exprime de vive voix quand je parle de ça 😉 , je m’approche beaucoup plus du langage non chatié du camioneur parisien! Allez j’avoue, je peux allègrement faire rougir un camioneur parisien….. mais je sais aussi être poétiquement licencieuse 😛

        A propos du « petit pull marine » au fond de la piscine…. ne dit-on pas qu’il faut toucher le fond pour…remonter. Malheureusement je ne le souhaite pas, car beaucoup se noieront, avant même de comprendre que cela ne servait à rien. Comme tu le disais dans un de mes posts, il faut changer de façon de faire…. et tu laissais en suspend 😉

        Aimé par 1 personne

        • J’aimerai beaucoup voir un camioneur Parisien rougir sous ta verve, ça doit être quelque chose, j’imagine bien le truc 🙂
          quand au reste, j’en ai souper de tout ça, ça me fatigue et ça ne sert pas à grand chose, si ce n’est de manifester mécontentement et inquiètudes, de toute façon nous avons affaire à des autistes donc…. (pardon pour le vrais autistes ) nous verrons bien, hélas, subir, comme d’hab…
          Bisousssss M’dame le camionneur 🙂

          Aimé par 1 personne

  2. c’est une affaire en effet scandaleuse, mais je crois que la justice n’aura pas arrangé les affaires du restaurant, car l’affaire a bien été débattue sur la toile ! on verra la suite en appel…

    J'aime

    • ah pour sur que ça ne lui a pas arrangée ses affaires…
      mais si on ramène la condamnation par rapport à « L’outrage » mieux vaut revendre de la drogue ou tabasser quelqu’un, tu risques beaucoup moins.
      Je me demande ou va notre société quand je vois tout ce qui passe dans ce genre…. Triste….

      J'aime

      • je crois que le juge connaissait la restauratrice, tout simplement. c’est choquant, mais voilà, c’est une réalité; La blogueuse s’est présentée sans avocat, et pensait faire valoir son point de vue, mais le sol est truffé de bombes quand on entre dans un tribunal. Une affaire à suivre en appel : quand on lit l’article en cache, il n’y a rien de choquant, d’insultant !

        J'aime

        • oui c’est l’impression que ça m’as fait aussi, quant à se présenter seule,, ça c’est un autre débat, encore une histoire de pognon, pourquoi serait-on « Obliger » de payer un avocat ? réponse « les juges apprécient mieux » c’est quand même assez limite je trouve, et après on viens nous parler de l’indépendance de la justice et nous faire de grand discours là-dessus….
          ça pue le copinage à plein nez oui.
          on verras en appel, ce que ça donne

          J'aime

          • parce que la justice est un grand théâtre avec ses codes. Elle en aura pour cher de frais d’avocat, et elle ne pensait certainement pas avoir à dépenser autant pour un dîner dans une pizzeria !

            J'aime

Les commentaires sont fermés.